Accueil -> Actualité -> Détail d'une nouvelle

Disparition de Jean HALLADE (1922-2013), historien des deux guerres mondiales en Picardie.


Jean Hallade (1922-2013)

Nous apprenons avec tristesse la disparition de Jean Hallade, le 26 août 2013 à l’âge de 91 ans, à Bichancourt près de Chauny, où il a été inhumé le 29.

Fils d’un poilu de la Grande Guerre ayant connu Verdun, Jean Hallade s’engagea dans la Résistance dans l’Aisne en 1943, notant dans son carnet les passages d’avions militaires alliés, participant au sauvetage des pilotes abattus et à leur rapatriement clandestin en Angleterre. Cette expérience de jeunesse qui le porta à s’engager dans l’armée de l’Air, devait déterminer sa vocation d’historien local de l’aviation, de la guerre aérienne et plus largement des deux conflits mondiaux dans notre région, auxquels il ne consacra pas moins de 17 ouvrages de référence, tous épuisés, qui lui valurent la distinction de chevalier des Arts et des Lettres. Citons plus particulièrement : Les ailes dans la tourmente (1963), Les attaques aériennes sur Tergniers (1975), Quand le ciel de l’Aisne était en feu (1978), Dans le ciel de Picardie (1983), La guerre aérienne et la libération de l’Aisne (1985). Il a aussi écrit un livre sur La soudière de Chauny (1973) et témoigné de ses souvenirs de jeune combattant de l’ombre dans La Résistance était au rendez-vous, livre préfacé par MarieMadeleine Fourcade, publié en 1970.

À la Première Guerre mondiale, Jean Hallade consacra deux travaux remarqués : La victoire de 1918 et les 60 ans du wagon de l’armistice, publié en 1978 et repris vingt ans plus tard dans une version augmentée sous la forme d’un supplément spécial de La Charte, organe de la Fédération Nationale André Maginot, avec une large diffusion ; Mystérieux canons dans l’Aisne, paru en 1968, devait être repris et étoffé avec : 1914-1918. De l’Aisne, on bombardait Paris, où l’auteur, ayant eu accès aux archives allemandes, s’intéressait non seulement aux fameuses Berthas et autre Max-le-Long qui tirèrent sur Compiègne, Meaux et Paris depuis Coucy-le-Château et Crépy-en-Laonnois, mais aussi aux bombardements aériens de la capitale et aux divers moyens mis en œuvre pour s’en protéger. Cet excellent livre publié en 1987, dont nous avions rendu compte dans notre livraison n° 40 des Annales Historiques Compiégnoises (hiver 1987), nous avait été présenté par l’auteur lui-même lors de sa venue à Compiègne pour une conférence, le 23 janvier 1988.

Nous étions restés depuis longtemps en contact avec Jean Hallade, d’autant qu’il aimait à faire part de son expérience et de ses recherches aux jeunes générations, notamment dans le cadre scolaire ou celui du Musée de la Résistance de Fargniers, ce qui lui valut d’être distingué comme chevalier de l’ordre du Mérite. À son épouse, à sa famille et à ses proches, notre société présente ses sincères condoléances.



par Jacques Bernet, le 31/08/2013 à 19h39


Revenir à la liste des nouvelles