Accueil -> Actualité -> Récentes mises à jour

Sur les traces de la Première Guerre mondiale autour de Méry-la-Bataille (1918)


Compte-rendu de l'excursion du samedi 15 mai 2010 (14 H 30 - 18 H 30)

sous la conduite de M. Bruno JURKIEVICZ.

Cette promenade a permis à la vingtaine de participants de découvrir une partie des sites et monuments situés sur le circuit fléché et aménagé de 78 km évoquant les épisodes de la bataille du Matz du 9 au 13 juin 1918, au cours de laquelle se succédèrent une puissante offensive allemande partie du secteur de Montdidier-Noyon et deux jours plus tard une vigoureuse contre-attaque des troupes françaises commandées par le général Mangin, avec l'intervention massive des chars, permettant de contenir puis repousser les Allemands dans ce secteur du plateau picard situé au Nord de Compiègne, entre les vallées du Matz et de l'Aronde. A l'issue de ces combats meurtriers (24 840 morts), le front se stabilisa jusqu'au 10 août 1918, moment du repli général des Allemands après leurs revers sur la Marne.

Cimetière militaire de Méry-la-BatailleCarte postale sans date du cimetière militaire de Méry-la-Bataille (Oise)

Rendez-vous avait été pris en début d'après-midi au cœur du village presque entièrement reconstruit de Méry, rebaptisé en 1932 "Méry-la-Bataille" en souvenir des combats du printemps 1918, à proximité de l'ancien "château" de deux étages devenu la mairie et du monument aux morts typique : un panneau installé en 2008 y explique et illustre la bataille de chars de juin 1918 et les destructions subies par le village. La petite route de Courcelles-Epayelles permet ensuite d'atteindre sur une hauteur le cimetière militaire français jouxtant le cimetière communal et sa chapelle, ainsi qu'une table d'orientation grâce à laquelle nous découvrons la vaste perspective du plateau venté et dépouillé qui servit de champ de bataille, où l'on distingue les proches localités de Courcelles-Epayelles, Mortemer et Cuvilly qui furent si durement touchées par les combats.

Nous sommes ensuite fort aimablement reçus au premier étage de la mairie de Courcelles-Epayelles, commune la plus éprouvée en juin 1918, comme en témoignent les photos antérieures aux combats et celles des destructions puis de la reconstruction, comme pour l'église réfaite presque à l'identique, ou des rues emblématiques telle la Rue d'Enfer, immortalisée par les clichés et croquis pris et diffusés au lendemain des combats.

Revenus sur nos pas, nous atteignons le modeste village de Belloy : à proximité de la petite église entièrement reconstruite en briques dans les années 1920, nous découvrons un panneau explicatif et un monument émouvant, présentant les débris du blindage d'un char Saint-Chamond provenant du champ de bataille ; il rappelle le rôle éminent de ces engins lourds et lents, qui essuyèrent tant de pertes sous le feu de l'artillerie allemande.

Carte postale de Courcelles-EpayellesCarte postale de Courcelles-Epayelles (Oise), rue de l'église, au lendemain de la Première Guerre mondiale.

Après une incursion et une station à proximité d'un profond ravin sur la petite route de Neufvy-sur-Aronde, offrant un paysage valonné qui fut plus favorable à la contre-attaque des chars que le plateau découvert, notre excursion devait s'achever à la mairie de La Taule, bien réaménagée dans l'ancienne école rurale, où nous a été présenté un passionnant montage de films d'époque tournés par le service cinématographique des armées, qui ont été visionnés et sélectionnés par notre conférencier au Fort d'Ivry, où ils sont conservés : grâce à un patient et minutieux travail d'identification des lieux et des dates de prises de vues, Bruno Jurkievicz a pu ainsi reconstituer et illustrer par l'image animée les phases successives de la bataille du Matz, en incluant des séquences fort suggestives sur l'évacuation des populations civiles et les bombardements de Compiègne par les Allemands. L'orateur nous a aussi présenté une sélection d'ouvrages sur la Première guerre mondiale, plus particulièrement ceux qu'il a écrits sur la bataille du Matz et le rôle des chars à la fin du conflit, sujets dont il est devenu un des

meilleurs spécialistes.

[sous-titre]Bibliographie: [/sous-tire]

Yves Buffetaut, Bruno Jurkievicz, La bataille du Matz. Tome 1, "Paris menacé" ; Tome 2, "11 juin 1918 : Mangin sauve Paris", Collection "Un Jour de la Grande guerre", YSEC, Louviers, 2001, 160 p.

Bruno Jurkievicz, Didier Guenaff, Les chars de la victoire, 1918, YSEC, Louviers, 2004, 144 p.

Bruno Jurkievicz, "Un épisode de la bataille du Matz : les offensives allemande et française sur le plateau de Cuvilly, 9 - 13 juin 1918", Annales Historiques Compiègnoises N° 107-108, 2007, 8 E.



par Jacques BERNET , le 19/05/2010 à 17h52


Revenir à la liste des nouvelles