Accueil -> Articles -> Lecture d'un article


Ancienne halte ferroviaire de Bois-de-Lihus (Moyvillers)


Le hameau de Bois-de-Lihus situé sur la paroisse puis la commune de Moyvillers, au sud d’Estrées Saint-Denis, fut longtemps un relais de poste sur la route de Flandre, grande radiale Paris – Lille établie au début du XVIII° siècle et devenue aux XIX° - XX° siècles la RN 17. Son rôle routier fut renforcé au début du XIX° siècle par le croisement avec la route royale Reims – Rouen, itinéraire transversal devenu la RN 31, permettant la liaison directe entre Compiègne et Beauvais.

Le doublement ferroviaire de cet itinéraire par une ligne Clermont-Estrées-Saint-Denis-Compiègne, dont le tracé fut étudié dès la fin du Second Empire (février 1869) ne fut réalisé que sous la III° République dans le cadre du programme Freycinet, avec une ouverture en deux temps : Clermont – Estrées Saint-Denis en avril 1879, sur une étude de tracé de 1876 ; Estrées Saint-Denis – Compiègne en mai 1880, selon un tracé défini dès 1872.

La halte de Bois-de-Lihus était située au nord du carrefour de la RN 31 et de la RN 17, cette dernière étant franchie par un passage à niveau à barrières manuelles. La ligne à double voie normale venue de Clermont franchissait à niveau la RN 31 à Breuil-le-Sec puis longeait la route à quelques centaines de mètres au nord, desservant les stations de Nointel, Catenoy, Avrigny, Froyères. Après Bois-de-Lihus, la ligne bifurquait vers le nord pour rejoindre au sud d’Estrées la ligne de Longueil-Sainte-Marie et Ormoy-Villers dite ligne du charbon, desservant au passage à Moyvillers une seconde halte commune aux deux lignes, dont le petit bâtiment a conservé l’appellation « aux deux arrêts ».

Le service voyageurs Clermont-Estrées ayant été supprimé en 1939, la ligne fut mise à simple voie puis déposée après la Seconde guerre entre Estrées et Froyères, dont la sucrerie resta longtemps desservie par l’embranchement toujours existant venu de Clermont. La ligne Estrées – Longueil maintenue pour le fret à double voie jusque dans les années 1960 ne devait être déposée qu’au début des années 1990 au moment de construction du TGV Nord. Son tracé reste bien visible grâce à la piste cyclable Estrées-Longueil qui passe en tranchée dans Moyvillers, notamment sous un ancien pont routier en briques. Du tracé de la ligne vers Clermont, on ne distingue plus que quelques vestiges ferroviaires, traces de la plate-forme et des voies, bâtiments, les champs ayant repris complètement leurs droits au-delà de Bois-de-Lihus vers Froyères.

Le remarquable reportage photographique réalisé par David permet ainsi de retrouver des éléments souvent émouvants de ce puzzle ferroviaire et de les rendre plus lisibles sur le terrain, tout en nous invitant à une promenade bucolique et nostalgique sur ce site fort intéressant.

Par Jacques Bernet, le 04/05/2014




>Revenir à la liste des articles<