Accueil -> Articles -> Lecture d'un article


Deux ouvrages sur 1914-1918 en Champagne-Ardenne : - L’Aube dans la Grande Guerre, 1914-1918, Société Académique de l’Aube, Troyes, 2016, 475 p., 29 E. - Petites histoires haut-marnaises de la Grande-Guerre, Cahiers Haut-Marnais, Chaumont, n° 282


L’ancienne région Champagne-Ardenne a été particulièrement touchée par le Premier conflit mondial, comme tout le Grand Est à laquelle elle appartient désormais. Si les Ardennes ont été le seul département français entièrement et continument occupé par les armées allemandes d’août 1914 à l’automne 1918, la Marne a été le théâtre des sanglantes batailles de Champagne de 1915 et 1918, avec Reims ville martyre du conflit par excellence. L’Aube et la Haute-Marne, à l’exception de la brève incursion des Allemands dans le camp de Mailly lors de la première invasion d’août-septembre 1914, sont restés hors des champs de bataille mais ont représenté un arrière immédiat du front pendant toute la durée du conflit, constituant un enjeu stratégique, logistique, économique de premier ordre pour le pays. Le centenaire de la Grande Guerre, propice à de nouvelles approches de la période, était donc l’occasion de conduire des recherches sur ces zones bien moins étudiées et connues en 1914-18.

La sortie quasi-simultanée de deux publications à l’initiative de la Société Académique de l’Aube et les Cahiers Haut-Marnais, certes d’ampleur et d‘esprit différents, mais d’un égal intérêt, comble heureusement un vide historiographique et atteste, s’il était nécessaire, de la mobilisation historienne et citoyenne ayant accompagné ce moment du centenaire de la Grande Guerre.

Nos collègues de l’Aube ont proposé au grand public troyen une série de conférences mensuelles de 2014 à 2016, qui sont ici regroupées par grand thèmes : présence militaire, organisation sanitaire, économie de guerre, vie quotidienne, mobilisation idéologique des civils, commémorations, souvenirs et témoignages de la Grande Guerre, veuves et orphelins. Simples monographies sur un village ou un personnage, synthèses abouties comme celles de Jean-Louis Humbert et Catherine Robinet sur les industries et l’agriculture dans la guerre, évocations plus exotiques comme celles des brigades russes au camp de Mailly en 1916, de la Légion garibaldienne en 1914-1915, de la présence américaine en vallée de l’Ource ou des canonniers marins à Villenauxe-la-Grande, tous ces apports originaux sont précieux et reflètent la diversité des recherches, qui font aussi la part belle aux aspects commémoratifs et au souvenir.

Avec une ambition affichée plus modeste, puisqu’il est question des « Petites histoires de la Grande Guerre » dans le département le plus méridional de la Champagne, nos collègues haut-marnais n’en apportent pas moins des éclairages novateurs, sur des thèmes qui n’ont pas été encore abordés dans l’Aube, comme la vie culturelle et les divertissements évoqués par Sylvain Riandet dans ses « Chroniques de la guerre à Langres » : on apprend ainsi que le premier cinéma ouvert en mars 1914 et fermé en août a rouvert en décembre 1915 avec la concurrence d’un nouvelle salle apparue en pleine guerre en mars 1915. Une étude plus fine des programmes, grâce à la presse, permettrait sans doute de mieux faire la part de la propagande patriotique et des divertissements, comme on le voit à Compiègne en 1917-1918. Autre centre d’intérêt spécifique au département : la forte implantation des Américains en Haute-Marne en 1917-1918, le département se trouvant « au centre de la stratégie militaire » de l’allié d’outre-Atlantique de la dernière heure (Didier Desnouveaux), anticipant en quelque sorte celle des bases américaines d’après 1945 à Chaumont, si bien étudiées par Olivier Pottier.

On pourrait donner bien d’autres exemples de la grande créativité historiographique et documentaire apportée par cet anniversaire dans l’espace national, où la Mission du Centenaire mise en place par le gouvernement, relayée par les collectivités locales et les associations historiques et culturelles, a trouvé un fructueux écho. En dépit d’une certaine érosion de l’intérêt du public, ces travaux devraient se poursuivre jusques et après 2018.

Pour se procurer le livre" L'aube dans la Guerre 1914-1918" :

Par Jacques BERNET , le 25/01/2017




>Revenir à la liste des articles<