Accueil -> Articles -> Lecture d'un article


Disparition du Dr Jean-Philippe AMBOISE


La fin de l’année 2016 a vu disparaître plusieurs de nos sociétaires et amis ; l’hécatombe se prolonge malheureusement en ce début d’année 2017 : nous apprenons avec beaucoup de tristesse le décès, le 10 janvier, du Dr Jean-Philippe Amboise, un de nos plus anciens, des plus fidèles et des plus généreux adhérents et abonnés, membre de notre Société d’Histoire moderne et contemporaine de Compiègne depuis 1983.

Ancien élève du collège de Compiègne, où il avait été formé entre autres par Roger Judrin, Jean-Philippe Amboise était devenu médecin psychiatre en région parisienne, ayant longtemps exercé comme chef du Service de psychiatrie générale et de psychopathologie du travail à la Fondation l’Elan Retrouvé d’Antony (Hauts-de-Seine), association dont il avait été administrateur.

Le Dr Jean-Philippe Amboise était aussi un passionné d’histoire de Compiègne, du Compiégnois et du Valois moderne et contemporain. Il publia en 1990 dans le n° 97 de la revue Vénerie un article intitulé « Vénerie et bicentenaire ». Il avait salué, en 1994, la réédition à de l’Histoire du Duché du Valois de l’abbé Claude Carlier, ouvrage publié par les presses de l’imprimeur Bertrand à Compiègne en 1764, à l’occasion de ses 230 ans, par un article paru dans le n° 57-58 des Annales Historiques Compiégnoises. Pour le 450ème anniversaire de la mort de François 1er, le Dr Amboise consacra un article à sa présence et son œuvre dans le Valois, notamment à Villers-Cotterêts : « De la Malemaison à Montplaisir : une Renaissance au temps de François 1er », n° 73-74 des Annales Historiques Compiégnoises, automne 1998. Il s’était aussi beaucoup intéressé au centenaire de la Grande Guerre, nous commandant en 2015 plusieurs exemplaires de notre n° 133-134 consacré à 1914-1918 et des Actes du colloque de Senlis de septembre 2014, Entrer en guerre en 1914.

Le Dr Jean-Philippe Amboise était un homme cultivé, courtois et chaleureux, très attaché à ses racines compiégnoises. A sa famille et à ses proches, notre Société présente ses sincères condoléances.

Par Jacques BERNET , le 25/01/2017




>Revenir à la liste des articles<