Accueil -> Articles -> Lecture d'un article


Le pouvoir au féminin, Marie-Thérèse d'Autriche 1717-1780, L'impératrice-reine, Elisabeth Badinter, 365 p.


Elisabeth Badinter nous retrace la vie de cette grande figure sous le prisme de trois de ses statuts de femme : la mère, la souveraine et l'épouse.

Marie-Thérèse a mis au monde seize enfants dont cinq fils. Elle rompt ainsi la malédiction de la dynastie de Habsbourg. En effet ses prédécesseurs Joseph I et Charles VI, respectivement son oncle et son père, n’ont pas eu d’héritier mâle et ont modifié la loi de succession pour qu’une fille puisse accéder au trône : ils durent dépenser beaucoup d’énergie et d’argent pour faire accepter cette loi appelée la Pragmatique sanction. Pour renforcer ce renouveau, Marie-Thérèse commandera trente-six portraits représentant son couple impérial et tous leurs enfants, véritable chant à la fertilité retrouvée de la lignée. Mais Marie-Thérèse en profite pour s’affirmer avec deux entraves à la tradition. Premièrement ses ancêtres ne sont pas présents dans ces portraits. Deuxièmement les garçons et les filles figurent ensemble les uns à côté des autres pour souligner le fait qu’une femme vaut bien un homme. Car Marie-Thérèse a dû s’imposer plus qu’un homme. A son ascension au trône, les puissances européennes, notamment la Prusse et la France, vont profiter de la vulnérabilité prétendument accordée au sexe féminin pour s’emparer de plusieurs états de son empire. Plusieurs caricatures représentent Marie-Thérèse en « Reine nue » dans de véritables scènes de viols. Mais ce sont des critiques faciles et réductrices qui ne vont pas abattre la jeune reine. Sa féminité est peut-être une faiblesse mais elle sera aussi sa force. Elle n’hésitera pas à jouer les innocentes bafouées pour amadouer et se trouver des alliés comme la Hongrie contre l’invasion de son empire. Les épreuves et les trahisons vont endurcir de plus en plus la souveraine et également accroitre son envie du pouvoir. Cette ambition grandissante la mènera à composer avec son mari puis plus tard son fils. Marie-Thérèse est une des rares reines à avoir fait un mariage d’amour avec François-Etienne. Elle restera jusqu’au bout très amoureuse de lui. Elle s’efforça constamment de ménager son exercice du pouvoir pour que son époux ne ressente pas un complexe d’infériorité et garder toute sa tendresse.

Voici seulement un bref aperçu de toute la complexe vie de Marie-Thérèse où Elisabeth Badinter nous entraine et nous captive.

Par Celine Laurent-Reig, le 16/02/2017




>Revenir à la liste des articles<