Accueil -> Articles -> Lecture d'un article


Excursion du samedi 18 novembre 2018 après-midi à Blérancourt (02) Nouveau musée franco-américain et maison de Saint-Just


Cette sortie automnale avait attiré quelque 25 participants, qui ont pu découvrir, après plus d’une décennie de fermeture pour travaux et agrandissement, le nouveau visage particulièrement réussi de ce beau musée consacré aux relations franco-américaines. Celui-ci est installé depuis les années 1920 sur le site historique de l’ancien château construit par Salomon de Brosse au XVII° siècle, dont ne subsistaient plus guère que les pavillons d’entrée et les douves, tandis que les fouilles occasionnées par les travaux d’agrandissement du musée ont permis d’en exhumer les fondations et les caves. Ces découvertes archéologiques d’importance imprévue ont certes considérablement retardé l’achèvement et la réouverture du musée, d’autant qu’elles ont imposé un complet réaménagement des plans des nouveaux bâtiments. Mais on y a gagné la belle mise en valeur de ces restes monumentaux, comme l’arche d’un pont classique abandonné, dont les traces sont présentement bien visibles à l’intérieur même du nouveau musée et qui le seront par la suite davantage, grâce à un parc archéologique en plein air prévu à l’arrière des bâtiments reconstruits, afin de mettre en valeur les vestiges d’une première forteresse médiévale méconnue.

Quant au nouveau musée franco-américain, il a non seulement été enrichi dans ses collections déjà copieuses et variées, mais il a été surtout totalement repensé dans sa présentation muséographique, désormais beaucoup plus claire et pédagogique, grâce à la mise en valeur des objets, tels une maquette de la statue de la Liberté de Bartholdi ou les bustes originaux de La Fayette et Washington présentés dans la grande salle consacrée à la guerre d’Indépendance américaine et à sa contribution française. On a fait aussi un usage efficace des moyens audiovisuels les plus perfectionnés : ainsi une glace sans tain au-dessus d’une cheminée du XVIII° siècle sert d’écran à la présentation des textes fondamentaux des révolutions française et américaine du XVIII° siècle. De nouvelles salles ont été aménagées offrant des thématiques jusque là largement inédites dans le musée, comme la relation entre Européens et Amérindiens ou les entreprises françaises dans le nouveau monde depuis le XVI° siècle.

Bien entendu la Première guerre mondiale conserve une place de choix, dans un musée né de la volonté de la bienfaitrice Anne Morgan, qui a tant œuvré au service des populations civiles de l’Aisne pendant et après la Grande Guerre. Le musée a d’ailleurs rouvert ses portes à une date symbolique, puisque cela a coïncidé avec le centenaire de l’entrée en guerre des USA dans le conflit européen aux côté de la France et de alliés, moment commémoré par une remarquable exposition temporaire intitulée : « La Fayette nous voilà » : présentée depuis cet été, cette évocation fort pédagogique a bénéficié de prêts de divers musées de la Grande Guerre comme celui de Meaux.

Les salles consacrées aux Arts et aux échanges culturels franco-américains, plus particulièrement aux XIX° et XX° siècles, ont été heureusement rénovées et enrichies, présentant notamment des toiles remarquables illustrant les influences mutuelles des artistes des deux rives de l’Atlantique.

La visite sous la conduite d’une excellente conférencière n’a certes permis de découvrir qu’une petite partie des richesses de ce lieu original et emblématique, que chacun s’est promis de venir revisiter pour compléter cette première redécouverte.

Cette sortie a été prolongée en fin d’après midi, à l’autre bout du bourg, par la visite de la maison de la famille Saint-Just, sous la conduite de notre ami Bernard Vinot, lequel fut la cheville ouvrière de la sauvegarde et de la mise en valeur de cet intéressant bâtiment rural typiquement soissonnais de la seconde moitié du XVIII° siècle. Récemment restaurée après un incendie accidentel qui en avait gravement endommagé la charpente et la toiture, la maison présente en ce moment une belle exposition temporaire sur les portraits du Conventionnel Saint-Just.

Par Jacques BERNET, le 29/11/2017




>Revenir à la liste des articles<