Accueil -> Articles -> Lecture d'un article


Le bureau de la Société d’Histoire de moderne et contemporaine de Compiègne présente à ses fidèles adhérents, abonnés et amis, ses meilleurs voeux pour la nouvelle année 2018


Jean PHILIPPOT en 1943, photographié par A.L. Guillaume.

Cette année 2018 sera marquée par plusieurs importantes commémorations : le cinquantenaire des événements de mai-juin 1968, que nous évoquerons au plan national et local, lors de notre journée d’études du samedi 19 mai 2018 à la bibliothèque Saint-Corneille de Compiègne.

Ce sera aussi l’occasion de fêter les 40 ans de notre Société d’Histoire moderne et contemporaine de Compiègne, créée en février 1978.

2018 est surtout l’année du centenaire de la fin de la Première guerre mondiale, avec la commémoration du centenaire de l’armistice du 11 novembre 1918 qui fut signé en forêt de Compiègne. Le Mémorial de la clairière de l’Armistice rouvrira ses portes en mai 2018, après d’importants travaux de rénovation et d’agrandissement. L’événement devrait par ailleurs donner lieu à des manifestations historiques et patriotiques d’envergure nationale et internationale, avec la venue des plus hautes autorités françaises et de plusieurs chefs d’Etat des anciens pays belligérants.

Nous apporterons notre contribution en participant activement au colloque départemental organisé par le collectif des Sociétés savantes de l'Oise les vendredi 2 et samedi 3 novembre 2018 aux salles Saint-Nicolas de Compiègne sur le thème : Terminer la Grande Guerre dans l’Oise en 1918.

En attendant ces échéances, nous vous rappelons notre prochain rendez-vous, salle Le Chatelier, dans la galerie du cloître de la Bibliothèque municipale Saint-Corneille de Compiègne Samedi 20 février à 14 H 30, pour la conférence de Jacques Bernet :

L’architecte-urbaniste compiégnois Jean-Philippot (1901-1988), maître d’oeuvre de la reconstruction de Compiègne après la Seconde Guerre.

Attention la BM étant fermée, l’entrée pour la séance se fera exceptionnellement par celle du Musée du cloître, rue Saint-Corneille.

Par Jacques BERNET, le 09/01/2018




>Revenir à la liste des articles<