Accueil -> Articles -> Lecture d'un article


Samedi 16 juin 2018, excursion à Nampcel (60), 15 H – 17 H 30


Dernière manifestation de la saison 2017-2018, cette excursion avait été organisée en commun avec l’Association de Sauvegarde de la maison du Saint-Just à Blérancourt, tenant son AG dans la mairie du bourg le matin puis dévoilant la plaque « Maison d’illustre » sur l’ancienne demeure du Conventionnel. Nous avons été conviés à cette sympathique cérémonie, présidée par le Dr de la DRAC des Hauts de France qui accordé ce prestigieux label au monument, en présence de Bernard Vinot et Anne Quennedey, ancien président fondateur et actuelle présidente de l’Association de sauvegarde de la maison. Accordé à quelque 140 demeures d’écrivains, artistes ou hommes d’Etat en France, dont Jules Verne à Amiens ou Paul et Camille Claudel à Fère en Tardenois (Aisne), cette distinction symbolique récompense le travail de l’Association et devrait contribuer à renforcer la notoriété du lieu.

Après le déjeuner pris en commun dans le restaurant Le Bois doré à Cuts, l’après-midi a été consacrée à la découverte de Nampcel, patrie de la famille paternelle de Saint-Just. Ce village isolé des confins de l’Oise avec l’Aisne, occupant un site remarquable de vallon sous le plateau du Soissonnais, a subi de plein fouet la Première guerre mondiale. Placé sur la ligne du front, il a été occupé de septembre 1914 à mars 1917 par les Allemands, qui y édifièrent un solide abri en pierres de taille et en béton sur deux niveaux occupé par l’état-major et la garnison d’un secteur chaud mais bien protégé. Cet étonnant édifice, a été récemment dégagé par une association de sauvegarde, qui a obtenu son classement et entrepris un important travail de restauration et de reconstitution d’un bâtiment qualifié abusivement « d’abri du Kronprinz ». Sa visite guidée par les bénévoles de l’association nous a permis de le découvrir et d’apprécier l’état d’avancement du projet. Sa solidité et sa position protégée en rebord de plateau lui ont permis d’échapper aux destructions qui n’ont pas épargné le reste du village pendant la Grande Guerre, nécessitant une complète reconstruction au lendemain du conflit.

L’architecte compiégnois Jean Stra (1885-1957) a été chargé par la municipalité de la reconstitution des édifices publics dans les années 1920. Il a conçu un tout nouveau plan d’urbanisme autour d’une vaste place arborée au cœur du village entourée par l’église entièrement reconstruite en style néo-roman, la mairie et les écoles, le presbytère et le bureau de poste. L’ensemble conserve une remarquable unité architecturale grâce à l’emploi d’un parement en briques claires silico-calcaires et de couvertures en ardoises d’Angers pour les deux principaux édifices, l’église et la mairie-école. Inaugurés en 1929, ces nouveaux bâtiments publics ont été complétés l’année suivante par un émouvant monument aux morts conçu et placé par l’architecte entre le presbytère et la poste, constructions plus modestes en briques rouges et couvertes en tuiles.

Notre visite de Nampcel s’est terminée par la découverte d’un vaste cimetière militaire allemand de la Première Guerre situé à l’orée du village.

Par Jacques BERNET, le 27/06/2018




>Revenir à la liste des articles<