Accueil -> Articles -> Lecture d'un article


Disparition de Claude GOUIGOUX [1935-2019]


Claude GOUIGOUX est décédé le 30 avril 2019 à Compiègne dans sa 84ème année des suites d’une longue maladie qu’il affrontait et combattait courageusement depuis plusieurs années. Ses obsèques ont été célébrées le 7 mai à l’église Saint-Jacques de Compiègne, en présence d’une nombreuse assistance, suivies de son inhumation au cimetière Nord de la ville.

Claude GOUIGOUX était né le 11 juin 1935 à Longueil-Annel (Oise), aîné d’une fratrie de cinq enfants. Son enfance avait été marquée par la Seconde Guerre mondiale, l’Occupation et la Résistance aux Allemands : son oncle et parrain Georges GOUIGOUX (1896-1944), boucher à Compiègne, arrêté le 28 octobre 1943 pour avoir ravitaillé les Résistants, fut déporté à Buchenwald, où il mourut le 19 mars 1944. Une rue de Compiègne porte son nom. Claude GOUIGOUX devait affronter bien d’autres épreuves dans sa vie. Le décès de son père, quand il n’avait que 20 ans, lui imposa de précoces responsabilités familiales. Plus tard, victime d’un grave accident de la route, qui le laissa plusieurs mois dans le coma, il sut retrouver le chemin de la vie et s’épanouir dans la sphère familiale comme dans son activité professionnelle, où ses talents et son travail lui permirent d’accomplir une brillante et fructueuse carrière de chef d’entreprise, qui le mit avec les siens à l’abri du besoin.

Le décès précoce de sa fille Florence à 40 ans fut une autre grosse épreuve pour lui et sa famille, dont il ne se remit jamais complètement et qui précéda sa maladie.

Epanoui dans ses affaires, féru de politique et très attaché à sa ville de Compiègne, Claude GOUIGOUX s’engagea fortement dans la vie publique comme conseiller municipal centriste de la cité, accomplissant plusieurs mandats successifs dans les majorités de Jean LEGENDRE puis de Philippe MARINI, où il s’efforça toujours de conserver son indépendance d’esprit, ce qui lui valut quelques avanies, qu’il sut surmonter avec panache. De cette longue et riche expérience d’élu local, il avait tiré trois livres publiés à compte d’auteur : « Souvenirs compiégnois » ; « Un élu doit servir sans se servir » et lors de la récente campagne de 2017 : « Quel Président de la République ? ».

Claude GOUIGOUX n’était pas moins passionné d’histoire locale et générale que de politique. Fidèle adhérent de notre Société d’Histoire moderne et contemporaine de Compiègne depuis 1992, il fut longtemps très assidu à nos séances, tant que sa santé le lui permit et il était resté abonné à notre revue, qu’il appréciait et soutenait. Esprit tolérant, homme d’ouverture il avait œuvré efficacement au rapprochement de nos sociétés historiques compiégnoises, qu’il fréquentait régulièrement. Nous gardons le souvenir de sa grande curiosité intellectuelle, de son humanisme, de sa pondération et de son écoute. Il était un véritable honnête homme, engagé dans la cité, attentif aux autres et plus particulièrement aux besoins et aspirations des jeunes générations, comme en témoigna sa longue animation du Bureau Information Jeunesse de la Ville de Compiègne. Sa disparition laisse un grand vide dans la cité comme dans son milieu associatif, sportif et culturel.

A son épouse Marie-Françoise, à ses enfants Patrick et Marie-Laure, à ses petits enfants comme à toute sa famille et à ses proches, dont nous partageons la peine, notre Société présente ses sincères condoléances.

Par Jacques BERNET, le 08/05/2019




>Revenir à la liste des articles<