Accueil -> Articles -> Lecture d'un article


Dimanche 12 mai 2019 après-midi, excursion en association avec la Société Historique de Noyon, musée Gallé-Juillet et la maison de la faïence à Creil.


Situé derrière l’hôtel-de-ville, à l’emplacement de l’ancien château royal de Creil, un édifice du XVe siècle démantelé au XVIIIe dont on peut voir une maquette dans le musée, l’ensemble des bâtiments abritant le musée Gallé-Juillet et la maison de la faïence correspond à une vaste habitation reconstruite en 1788 sur les fondations du château, en cette partie de l’île de Creil entourée de deux bras de l’Oise. La famille Gallé-Juillet propriétaire étant restée sans héritier, après la disparition de leur fils unique Maurice dans la bataille de la Somme en 1916, a légué le domaine en 1929 à la Ville de Creil, qui en a fait un musée, restituant bien l’ambiance d’une demeure bourgeoise cossue du XIXe siècle et présentant une remarquable collection de faïences, qui ont fait la réputation de la manufacture de Creil puis de Creil-Montereau de 1797 à 1895.

Installées au rez-de-chaussée sous les voûtes gothiques de l’ancien château, les vastes cuisines ont conservé tout leur équipement d’autrefois, sans eau courante ni électricité, avec des fontaines, cuisinières et four à pain. Dans la salle à manger attenante est présentée une table d’apparat. A l’étage, les pièces de réception : salon, fumoir-bibliothèque, salle de billard, ornées d’un riche mobilier, de portraits de famille et d’œuvres d’art collectionnées par ces rentiers cultivés apparentés aux Gallé de l’école de Nancy. La chambre des maîtres de la maison est aussi restée dans son jus ; celle du fils fauché à 21 ans sur un champ de bataille de la Grande Guerre a été aménagée en un émouvant mausolée présentant ses souvenirs, dont sa tenue de sortie bleu horizon d’aspirant.

Le premier étage du bâtiment abritant le musée de la faïence propose une collection très complète et variée de la production de la manufacture de Creil fondée en 1797, unie à celle de Montereau à partir de 1840 jusqu’à leur disparition en 1895. Elle ne se limite pas aux célèbres assiettes au décor monochrome mais nous présente une grande variété de plats, récipients et objets d’usages divers – une exposition temporaire intitulée « l’hygiène moderne, 1830-1930 » est d’ailleurs présentement consacrée aux articles de toilette des faïenceries de Creil et Montereau. Une salle du musée, dans une ancienne tour du château, présente les exceptionnelles richesses du trésor monétaire gallo-romain découvert en 1975 lors de la construction de la nouvelle écluse de Creil.

La demeure-musée de la famille Gallet-Juillet et la maison de la faïence de Creil constituent un bel ensemble patrimonial relativement méconnu dans une agglomération longtemps réputée comme berceau industriel de l’Oise.

Par Jacques BERNET, le 05/06/2019




>Revenir à la liste des articles<