Accueil -> Articles -> Lecture d'un article


BOTTO (René), Charles Binder, célèbre carrossier parisien, et le château du Parc, dit de la Commanderie. Les Cahiers de l’Histoire, L’Isle Adam, n° 12, septembre 2015, 56 p.


La famille Binder est bien connue dans le Compiégnois, par la présence d’un de ses représentants à Choisy-au-Bac, Henry Binder, qui y acquit en 1873 avec son épouse Louise Mestro, l’ancienne propriété de Melle De Crouy, agrandie et transformée en un petit château au milieu du domaine de « La Brunerie » abritant de nos jours la Mairie de Choisy-au-Bac et un parc municipal. Dans son article sur les « Demeures et personnalités remarquables de Choisy-au-Bac », paru dans le n° 143-144 des Annales Historiques Compiégnoises à l’automne 2016, Mme Cécile Gambier a largement évoqué l’histoire de ce domaine et de ses propriétaires successifs, dont la famille Binder-Mestro. Henry Binder appartenait en effet à une grande famille de carrossiers parisiens, dont l’ancêtre Jean-Jacques Binder (1783-1846), originaire de Marbach dans le Würtemberg s’était installé à Paris en 1806 comme sellier et devint carrossier de Charles X puis de Louis-Philippe 1er. Son fils aîné Charles (1819-1891), devait acheter en 1852 le château du Parc, dit la Commanderie à l’Isle-Adam (alors en Seine-et-Oise), commune dont il devint maire de 1878 jusqu’à son décès en 1891. Son frère Henry (1830-1901), benjamin de la famille, après avoir été officier de marine, fonda en 1863 sa propre Maison de carrosserie qui était installée en 1863 rue du Colisée puis avenue d’Antin dans le XVI° arrondissement de Paris. Il devint quant à lui châtelain et maire de Choisy-au-Bac.

L’ouvrage de René Botto retrace ainsi l’histoire de cette grande famille de carrossiers parisiens, s’intéressant plus particulièrement au parcours de Charles Binder, devenu châtelain et maire de l’Isle-Adam. Il évoque le domaine de la Commanderie, dont le château a disparu et le parc est devenu un lotissement résidentiel au début du XX° siècle, à l’initiative de son dernier propriétaire, le comte de Zogheb. Auparavant, celui-ci avait fait réaliser en 1899 par un photographe parisien, un somptueux album photos du château et du domaine, dont l’ouvrage d’Henri Botto présente une belle série de reproductions, donnant un bon aperçu de cette magnifique propriété avant sa disparition, notamment l’intérieur du château et le parc paysager aménagé par Charles Binder.

Au même titre et sans doute plus encore que Choisy-au-Bac, l’Isle-Adam bien desservi par le chemin de fer à partir de 1846, devint au XIX° siècle la résidence secondaire de nombreux Parisiens aisés, qui y édifièrent de belles maisons de maîtres.

Par Jacques BERNET, le 05/01/2017




>Revenir à la liste des articles<