Accueil -> Articles -> Lecture d'un article


Françoise VINOT-BRACONNIER, Chauny, 1850-1930, Editions Sutton, Tours, 2016.


Née à Chauny, héritière d’une ancienne famille du cru, Françoise VINOT est restée très attachée à une ville, où elle a accompli toute sa carrière enseignante comme professeure agrégée d’histoire au lycée Gay Lussac et à laquelle elle a consacré l’essentiel de ses recherches historiques. Elle était de ce fait la mieux placée pour proposer et réaliser un riche volume sur Chauny dans la collection emblématique de cet éditeur régional, qui privilégie les images éclairées par des commentaires synthétiques bien ciblés. Elle a su ainsi bien mettre en valeur un riche corpus iconographique et documentaire accumulé depuis des décennies.

Le livre de divise en trois grands chapitres, qui sont autant de temps forts de l’histoire spécifique et dramatique d’une cité laborieuse, passée d’une heureuse prospérité culminant à la Belle Epoque, à la catastrophe de la Grande Guerre, source de sa destruction totale, d’où elle n’a pu renaître que difficilement au prix d’appréciables transformations. Les images du Chauny d’avant 1914 s’avèrent ici d’autant plus précieuses, qu’elles correspondent à des monuments, des quartiers, des entreprises ou des activités ayant complètement disparu. En contrepartie, la reconstruction d’après 1918 a donné à la ville une nouvelle monumentalité et une touche de modernité marquée notamment par l’esprit Art Déco de l’entre deux guerres.

Disposant de productions agricoles variées, d’une voie fluviale remarquable enrichie d’un beau réseau de canaux, dotée d’une bonne liaison ferroviaire à partir de 1850, Chauny a pleinement bénéficié de la première révolution industrielle, qui fit passer la commune de 5 154 habitants en 1845 à 10 696 en 1911. Les industries verrières et chimiques sont devenues sa spécialité, grâce notamment à l’implantation de la glacerie et de la soudière de la Cie Saint-Gobain, attirant de nombreux ouvriers, d’où le développement de nouveaux quartiers d’habitation et la (re)construction d’édifices publics comme l’Hôtel-de-Ville, l’hôpital, la gare, les écoles…A la prospérité économique s’ajoutait la vitalité de la vie associative et festive, musicale et sportive, dont témoignent maints clichés suggestifs.

Chauny subit de plein fouet le choc de l’invasion allemande de 1914 et devait rester plus de deux ans sous le joug de l’occupant, qui y installa une kommandantur et en fit une ville hôpital à proximité immédiate du front ; de la cité « germanisée » nous trouvons de très beaux clichés originaux tant des conquérants en représentation que de la population occupée et asservie. Mais la catastrophe majeure survint en mars 1917, avec l’opération Alberich et le repli allemand sur la ligne Hindenburg, qui conduisit l’occupant à organiser l’évacuation complète de la ville, bientôt suivie de la destruction systématique de l’ensemble de ses bâtiments, laissant un terrible champ de ruines à la brève « reconquête » française, car le secteur resta un champ de bataille lors des contre-offensives allemandes de 1918.

La renaissance de Chauny s’avéra longue et difficile, le retour progressif de ses habitants s’opérant dans un paysage apocalyptique et dans des conditions de logement provisoire longtemps précaires. Dans les années 1920-1930, pas moins de 18 architectes travaillèrent à la reconstruction des édifices publics religieux ou civils, comme les églises Saint-Martin et Notre Dame, l’hôtel-de-Ville, les halles, la gare, les écoles, l’hôpital, mais aussi des immeubles du centre-ville, des villas et des usines de la périphérie industrielle. Comme à Tergnier, et plus encore qu’à Soissons, Reims ou Saint-Quentin, c’est une ville entièrement nouvelle qui s’est affirmée, marquée par l’urbanisme, l’architecture et le style décoratif de la reconstruction de l’entre-deux guerres, combinant l’éclectisme, le régionalisme et la modernité d’esprit Art Déco. De ce nouveau Chauny, le remarquable livre de notre amie Françoise VINOT nous offre aussi une belle série d’images particulièrement significatives.

Par Jacques BERNET, le 20/05/2017




>Revenir à la liste des articles<