Accueil -> Articles -> Lecture d'un article


Disparition de Jean MEYSSONNIER [1929-2018]


Notre sociétaire Jean Meyssonnier est décédé le 12 septembre 2018 à l’hôpital de Noyon, à près de 89 ans et a été incinéré dans l’intimité familiale à Saint-Sauveur.

Il était né à Manosque (Hautes-Alpes) le 29 septembre 1929, mais passa son enfance et son adolescence à Alger, où avaient été mutés en 1936 ses parents enseignants au lycée français de Salonique. Son père mobilisé en 1940, Capitaine de Tirailleurs Algériens, fut tué en juin sur la Loire à Beaugency. Elève au lycée Bugeaud, Jean intégra l’Ecole supérieure d’électricité (aujourd’hui Centrale-Supélec) dont il fut diplômé en 1954. Il obtint son premier emploi à l’EGA (Electricité et Gaz d’Algérie) et se maria avec Simone, professeure à Alger, en 1955. En 1956, prévoyant l’indépendance de l’Algérie, ils quittèrent le pays en pleine guerre pour s’installer à Montbelliard (Doubs), où Jean fut ingénieur chez Peugeot. Deux enfants naquirent, François et Pierre. En 1964, Jean fut embauché chez Colgate-Palmolive à Compiègne, où il termina sa carrière et la famille s’installa à Lacroix-Saint-Ouen en 1975. Jean s’engagea comme Président des conseils de parents d’élèves de l’Oise, dans le Parti Socialiste et aux élections municipales de Lacroix-Saint-Ouen.

Passionné d’histoire, il était l’un des plus anciens membres de notre société, à laquelle il avait adhéré dès 1978, avec Simone, professeure de sciences économiques et sociales aux lycées Mireille Grenet puis Pierre d’Ailly de Compiègne et à l’UTC. Il a été longtemps très assidu à nos conférences et fidèle lecteur de notre revue, tant que sa santé le lui permit.

A son épouse Simone, à ses fils François et Pierre, à sa famille et à ses proches, notre société présente ses sincères condoléances.

Par Jacques BERNET, le 09/10/2018




>Revenir à la liste des articles<