Accueil -> Articles -> Lecture d'un article


Samedi 1er décembre 2018 à 15 H, Bibliothèque municipale Saint-Corneille, salle Le Chatelier, conférence de Frédéric GUYON, directeur des Archives de la Ville : le nouveau site des archives communales et communautaires de Compiègne.


Depuis décembre 2018, les Archives municipales de Compiègne sont désormais installées dans leur nouveau site de la ZAC des Hauts de Margny, dans un bâtiment dit du fourrier appartenant à l’ancienne base militaire d’hélicoptères jouxtant autrefois l’aérodrome de Margny-lès-Compiègne. Cette nouvelle et dernière implantation permet d’abriter et de présenter dans de bonnes conditions les archives communales de la ville, mais aussi les fonds municipaux de Margny-lès-Compiègne et ceux de l’ensemble de l’agglomération compiégnoise, de l’ancien SIVOM à l’ARC actuelle.

Depuis leurs lointaines origines médiévales, les archives communales de Compiègne, mémoire administrative de la cité, ont connu maintes migrations au fur et à mesure de leur enrichissement. D’abord itinérantes comme le conseil de Ville, elles ont été longtemps conservées dans l’hôtel-de-Ville dont la construction remonte aux premières décennies du XVIème siècle. Menacées aux époques de troubles et guerre, comme aux XV°, XVII° et XX° siècles, elles ont été plusieurs fois déménagées de leur bâtiment historique, plus particulièrement pendant la Première et la Seconde Guerre mondiale, entraînant quelques pertes, mais sans trop de destructions lors des bombardements de 1918 et 1940.

Classées et répertoriées progressivement selon les règles régissant les fonds municipaux, ces archives historiques et administratives sont longtemps restées stockées dans le dernier étage de Hôtel de Ville, dans des conditions de conservation et d’accès devenues de plus en plus difficiles. Leurs déménagements successifs dans l’annexe de l’ancien hôtel de la Cloche puis dans des locaux adaptés au Centre du Puy-du-Roy depuis les années 1990, ont constitué un notable progrès, permettant aux archivistes municipaux d’améliorer le classement et de réaliser de nouveaux inventaires, qui ont rendu les fonds plus accessibles au public. Mais la saturation de l’espace par les apports administratifs constants, l’adjonction des archives municipales de Margny et des fonds communautaires ont imposé le choix d’un emplacement plus vaste et mieux adapté à la conservation et à la présentation des quelque 5 km linéaires que constituent présentement les archives compiégnoises.

Comme à Reims, le nouveau site exigera du personnel et des usagers un déplacement à la périphérie de l’agglomération, desservie néanmoins par des bus urbains gratuits aux jours ouvrables. Cet inconvénient sera compensé par de meilleures conditions d’accueil du public, qui peut aussi avoir recours aux ressources croissantes mises en ligne sur le site Internet des Archives compiégnoises, comportant notamment l’intégralité des registres paroissiaux et l’état civil de plus d’un siècle, les recensements ou de la presse locale, comme le Progrès de l’Oise des années 1840 à 1970. Comme l’a bien démontré Frédéric Guyon, directeur des services d’archives de la ville, Compiègne dispose ainsi pour de nombreuses années d’un outil moderne et performant, répondant tant aux besoins administratifs de la commune, de l’agglomération ou des particuliers, qu’à la curiosité et à l’intérêt scientifique des chercheurs, historiens ou généalogistes.

Par Jacques BERNET, le 09/12/2018




>Revenir à la liste des articles<